Mes premières impressions

Arrivée à Incheon, je me suis sentie comme une enfant dans un monde de grand. Ce pays me parait avoir par certains cotés 30 ans d’avance sur la France.

 

Ma première journée.

Mon dépaysement a commencé dès mon voyage en avion.
 Asiana Airlines, très bonne compagnie soit dit en passant, n’est pas une compagnie pour les non-coréens : il n’y a pas de films en anglais uniquement la télé coréenne, le personnel de bord est très limité en anglais… J’y ai observé d’étranges habitudes qui m’ont tout de suite interpellées, j’en parle ici.

L’aéroport d’Incheon est réputé pour être l’un des meilleurs au monde : je le comprends.
Malgré une queue impressionnante, je suis passée en à peine 10 minutes aux douanes où j’ai déposé mes empreintes digitales et ai été prise en photo : soit 3 minutes top-chrono. Personne n’a vérifié mes bagages ni mes achats en Duty Free.
Pour ce qui est des bagages, tout était parfaitement indiqué et je n’ai pas attendu. Le personnel de l’aéroport m’a aidé à charger mon chariot, et j’ai dû insister pour le pousser seule (pauvre femme déboussolée que je suis face à cette galanterie soudaine :) ).
A l’arrivée, mon patron Oppa Sajangnim <