Nouveau boulot, nouveau contrat, nouveau départ !

Bonjour à tous !

Une éternité que je ne me suis pas exprimée sur ce blog, un an en fait. Pour ceux qui se demande où j’étais, j’étais en France /un an/, un petit poste sur le facebook de la page vous raconte brièvement l’histoire.

Alors ce nouveau job ?! C’était particulièrement étrange, je dois l’avouer. J’ai été contacté par mon futur boss, chez qui j’avais postulé 2 ans auparavant (autant vous dire que je ne m’en souvenais pas) ; futur boss avait lui-même reçu mon CV récemment par un chasseur de têtes.
Bref c’est compliqué ^^

 

L’entretien ?

Dans un premier temps, on m’a demandé de passer un test. C’est courant dans pas mal d’entreprises coréennes. Je devais concevoir une publicité en X temps et répondre à un QCM de management.

Une fois réussi, j’ai été prise en entretien. Cette fois-ci, l’entretien était différent des précédents. Il faut dire que mon patron a 35 ans et a vécu 15 ans à Los Angeles. Je vous en parlerai un peu plus tard…
Il reste tout de même coréen, puisqu’il aura 1h30 de retard le jour de l’entretien. Skype s’allume et je découvre Dong Ho. C’est une beauté, il le sait, il en joue. Je peux vous dire que ses petits yeux perçants associés à un petit rictus et un ton parfois impertinent m’ont parfois drôlement déstabilisés.
De par son vécu aux US, j’imagine, les questions ont été moins « étranges » : pas de » quel est ton groupe sanguin », « que font tes parents »,  » es-tu chrétienne »… L’entretien a beaucoup plus été axé sur ma façon de travailler, avec des questions assez techniques et sur ma façon de manager. Les entretiens coréens restant toujours un peu étrange, je vous rassure j’ai eu LA question « chelou » : « est-ce que tu aimes faire la fête ? Genre les clubs… ? » J’ai répondu par une jolie pirouette. Nous fréquentons tous les deux The Chamber, mon bar Lounge préféré… Pourquoi m’a-t-il demandé ça ? Le pauvre a vécu 15 à LA, est rentré il y a deux ans à Séoul, la compagnie d’expats lui manque et il est de son aveu même un gros fêtard. Ça promet…

Bref, nous avons discuté une bonne heure et demi, pour qu’il me dise à la fin : « Welcome » ! Je vous avoue que sur le coup, je n’ai pas compris. Quand j’ai enfin réalisé, je l’ai remercié, j’ai éteint et pleuré /comme une pauvre femme faible que je suis/. Plus sérieusement, j’ai eu une telle année de merde, ce job, cette ville où je m’ennuie à mourir, cette rupture, ce mec que j’aime et aimerai toujours… Bref, je me suis sentie soulagée, je reprends ma vie où je l’ai arrêté.  Je retourne chez moi, je vais retrouver les miens. Je vais pouvoir avancer, me soigner auprès de mes potes et enfin vivre. Houla ! Mais je digresse, pourquoi je vous raconte ma vie ?

 

Le job

Je ne vais pas vous mentir, j’ai un putain de poste /non, je ne m’excuserai pas pour la vulgarité/. Je suis le nouveau Art Director de Netflix Asie /ouai ça va, je le vis bien/, j’ai accessoirement comme budget Samsung, le cinéma dont coréen et pas mal de drama /merde…/.
Dong Ho qui est un pur génie, je vais revenir sur ce point plus tard, s’occupera du studio vidéo et motion ; moi de toute la partie print. Ça s’annonce sportif, j’aurais 8 personnes à gérer et je sais d’expérience qu’il est très difficile de manager des coréens surtout s’ils sont plus vieux. Comme je vais beaucoup voyager, j’avoue avoir une certaine appréhension.

Mais j’ai confiance en mon boss, ce génie. Le mec a bossé sur Ironman, Prometheus… Il a été nominé 2 fois aux Emmy awards, a reçu un prix au NY Film & Tv Festival… Bref, bref, bref… Je vous ai dit qu’il a que 35 piges ? Vous comprenez mieux quand je vous dis que le mec impressionne. Oui, je suis totalement fan et tellement fière qu’il m’ai confié son studio graphique.

 

Le contrat

J’ai de suite demandé ce qu’on appelle un « Employment agreement » ou une promesse d’embauche. Croyez-moi, tant que vous n’avez pas ce papier signé -> continuez vos entretiens !
De plus, je vais faire une parenthèse, à moins que vous ayez 5 ans d’expérience ou un master, vous ne pourrez obtenir un visa de travail. Je suis en cours d’un article sur le sujet, car vous êtes nombreuses, je dis bien nombreuses, à ne pas vouloir l’entendre et à me répondre : chacun son expérience ; je suis unique ; moi, je suis bilingue ; je trouverais une solution, blablabla… Croyez en la fée des dents, tant que vous voulez : c’est la réalité.
Mais comme vous avez tendance à ne pas me croire, je ferais l’article avec un ami, qui l’a bien vécu.

Bref, une fois que c’est fait : contrat ! Alors cette fois il était en anglais -> Youhouuuuu !!!! Je suis très très bien payé (oui oui ouiiiiiiii), j’ai au minimum 15 jours de vacances (la base en Corée), mais entre Chuseok, Seollal et les divers jours fériés : on arrive à 4 semaines et demi de jours féries. Vérifiez bien vos assurances : mutuelle, indemnités journalières… Pour ce qui est des heures, nous sommes en Corée ; mais contrairement à la France le salaire vaut le coup.
Une chose que j’ignorais la première fois où je suis partie, c’est qu’il est possible de négocier vos repas du midi. C’est toujours mieux si c’est inscrit dans votre contrat.
Cette fois-ci, j’ai eu une surprise : mon contrat m’oblige à accepté les business trip même /pauvre de moi/, mon patron a 12h pour me prévenir. Plus sérieusement, si un jour je devais avoir des obligations, genre une famille /lol/ ou autre, il faudrait que je renégocie mon contrat.
Dans mon cas, je ne partirais pas tout de suite pour des raisons personnelles. Mon employeur accepte d’attendre et cela est noté dans mon contrat /avec une date limite hein, il n’est pas fou le type/.
Après tout ça, c’est le visa ! La partie la plus facile ^^ Je me plains, mais cette année, ça a été relativement facile de faire les papiers. J’avais déjà tout me direz-vous. Tout a été très vite, j’ai du mal à réaliser /ça fait moins d’une semaine/. En tout cas, c’est parti pour une nouvelle aventure ! J’ai hâte.
Yippee-kai-yay !

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *